• Chapitre 2

    Chapitre 2

     

     

     

    BABETH

     

    Dernier jour de cours de ma première semaine, tout c'est déroulé normalement, paisiblement. Ma mère a eu d'autres conversations animées au téléphone durant la semaine, je n'y ai pas fait attention.

    Je suis avec Hannah, on a une heure de trou de 11h à midi, on est assise à une table au foyer, quand j'aperçois Léo qui sort du Cdi et qui s'éloigne en direction du parc.

    -Hannah j'ai remarqué que Léo s'isole souvent, ça n'a pas de rapport avec moi j'espère ? Je ne veux pas qu'il se sente mis à l'écart par ma faute, dis-je à Hannah soucieuse.

    -Non t'inquiète pas ça n'a aucun rapport avec toi, il a l'air de t’apprécier. En fait il a commencé à prendre ses distances l'année dernière. En novembre, son frère aîné, Tom, c'est tué en moto, lui et Léo étaient très proche et depuis Léo c'est un peu renfermé sur lui même. Il est toujours super avec tout le monde, toujours près à rendre service, mais c'est plus le même. Cet accident l'a profondément changé. Avant il ne ratait jamais une occasion pour faire rire tout le monde, m'explique-t-elle.

    -Oh merde...

    Ce fus la seule chose qui passa mes lèvres, je ne sus pas quoi dire d'autre.

    Myriam et Taylor nous rejoignirent à ce moment là.

     

    Quand je suis rentrée à 16h je sus en voyant une veste noir accrochée au porte manteaux de l'entrée qu'il avait un invité, chose rare et quand ça arrivait ma mère me prévenait.

    Les bruits étouffés d'une conversation me parviennent du salon. En m'approchant je saisi les mots "vampires", "manoir" et la phrase "il faut la mettre au courant", un homme en costard est assis dans le canapé une tasse de café fumant dans la main, ma mère est assise dans un fauteuil en face, quand ils remarquent ma présence ils se taisent brusquement.

    -Merci bien, a dit l'homme en se levant. Au revoir, madame, mademoiselle.

    -Au revoir, a répondu ma mère.

    Je n'ai rien dit, trop occupée à réfléchir aux mots saisis avant qu'ils mettent fin à la conversation.

    Une fois l'homme partis j'interroge ma mère.

    -C'était qui cet homme ? Il a un rapport avec les coups de fils de la semaine ?

    -Tu n'as pas à le savoir, m'a-t-elle répondu sèchement.

    -Il faut mettre qui au courant ? Moi ? Lui demandais-je tout de même.

    -Qu'as tu entendu ? Tu doit tout me dire, m'assena ma mère sans répondre à ma question.

    -Pas grand choses, mais ça n’empêche que je veux savoir. Maman j'en ai marre de tous ces secrets.

    -Tu n'as pas répondu à ma question !

    -J'ai entendu vampires, manoir et il faut la mettre au courant. Voilà c'est tout, lui révélais je enfin.

    -Tu n'as pas besoin d'en savoir plus !

    -Mais...

    -La discussions est close, termina ma mère.

    Sachant que je n'en saurais pas plus je monte poser mes affaires dans ma chambre et je sors prendre l'air près de l'océan.

     

     

    LEO

     

    Je pousse la porte de la maison, le calme silencieux m'accueil, c'est ainsi depuis la mort de Tommy. Je pose mon sac, prend mon livre et sort. Le silence de la maison est toujours aussi oppressant, je préfère aller lire au bord de l'eau. Le bruit des vagues m'apaise.

    Je m'attendais pas à trouver Babeth en pleine réflexion assise sur un rochers.

    -Hey.

    -Coucou, tu m'as fait peur, me dit-elle. Ça va ?

    -Oui tranquille et toi ?

    -Ouaip, ça va, me répond-t-elle les yeux dans le vague.

    -A quoi tu pense ?

    -A pas grand chose, je viens de m'engueuler à moitié avec ma mère, elle me cache des truc, elle a pas l'air de comprendre que je suis assez grande pour être mis au courant, me déballe-t-elle d'une traite.

    -C'est à propos de quoi ? Tu dit si t'as pas envie d'en parler...

    -Depuis que je suis petite on déménage sans cesse, elle n'a jamais voulu me dire pourquoi. Lundi soir je lui ai dit ce que tu m'avais dit par rapport au manoir, elle n'a pas eu l'air de réagir, mais le soir elle était au téléphone, y a eu plusieurs coup de fils comme ça dans la semaine, sur le coup j'y ai pas fait gaffe, ce soir quand je suis rentrée y avais un homme avec ma mère dans le salon, quand ils on remarqué ma présence ils se sont tu, je suis sure que tout ça est lié mais ma mère veut rien me dire. Peut être que je me fais des idées.

    -C'est vrai que c'est chelou, je vais essayer de voir ce que je peux trouver sur le manoir. Je pense que si y avait rien de suspect, ta mère t'en aurais parlé.

    -Je pense aussi, me dit-elle.

     

    BABETH

     

    Quand je rentre le soir, ma mère n'est pas à la maison. Terrible m'accueille et me fais bien comprendre qu'elle à faim. Une fois sa gamelle remplis, je part faire une petite excursion dans la chambre de ma mère bien décidée à découvrir c'est quoi c'est qu'elle me cache. J'ai beau fouiller dans tout les recoins pas moyen de trouver quoi que se soit, pas le moindre indice. Alors que j'allais m'attaquer à son bureau j'entends un bruit de clef, ma mère arrive. Je monte dare dare dans ma chambre et me connecte sur facebook pour voir si Léo à du nouveau de son côté. Rien, au moment où je commence à désespérer je reçois un message.

     

    Léo :J'ai trouvé une piste, pas sur que ça mène à grand chose.

    Tape M. Gomez sur google. Prend le premier lien, c'est un article.

     

    Je prends pas la peine de répondre et vais regarder le fameux article.

    Je pianote nerveusement sur le bureau le temps que la page s'affiche.

    "M. Gomez, un des hommes les plus puissants et les plus riches du monde vient d'annoncer ce matin qu'il prenait sa retraite, il va habiter en france dans sa résidence secondaire, nous pouvons pas révéler l'adresse pour préserver l'intimité de M. Gomez et sa famille." je n'ai pas compris en quoi ça nous intéressez.

     

    Moi :Ça nous avance à quoi ?

    Léo : M.Gomez est le proprio de La Noche del Mar, excuse j'ai oublié de te le dire.

    Moi: Tu crois que c'est lié ?

    Léo : ça se pourrait bien. Faut que t'observe ta mère quand M. Gomez va arriver ça pourrais nous apprendre des truc.

    Moi : Sûrement, je ferais attention compte sur moi.

     

    -Babeth à table !

    -J'arrive maman.

     

    Moi : Désolée faut que j'aille manger. A plus.

    Léo : Bon ap. Ciao

     

    LEO

     

     

     

    On eut beau guetter le moindre indice du côté de la mère de Babeth ou du manoir, on n'en appris pas plus. Les semaines passaient, toujours rien on en déduit qu'on s'était planté en beauté et qu'il n'y avait vraiment rien de bizarre.

    >>Chapitre 3